Search
lundi 8 mars 2021
  • :
  • :

Le président Patrice Talon rempile

« Je serai candidat au nom de la bonne gouvernance… (pour) défendre trois choses : la démocratie, nos libertés et la bonne gouvernance », a déclaré le président Patrice Talon, moins de 3 mois avant la tenue de la Présidentielle prévue le dimanche 11 avril 2021. Bien loin derrière quand, à peine élu en 2006, le président sortant déclarait : « Je ferai de mon mandat unique une exigence morale en exerçant le pouvoir d’État avec dignité et simplicité ».

Cinq ans plus tard, le rêve a laissé place aux réalités. Après la déclaration officielle de candidature du président sortant, l’Opposition béninoise n’a pas attendu pour faire entendre sa voix. Parce que les sujets de crispation ne manquent pas pour ce scrutin. En effet, pour cette élection présidentielle, il est exigé, entre autres, des parrainages d’élus. Une disposition cruciale qui pourrait faire la part belle au pouvoir. Faute de députés et autres élus locaux issus de ses rangs, l’Opposition pourrait ne pas avoir le nombre de parrainages pour prendre part au scrutin du 11 avril.

Des formations politiques se sont constituées en « Front pour la restauration de la démocratie – collectif de l’Opposition ». Son objectif est de parvenir à l’alternance. Au nombre de ces partis, l’on note Les démocrates de Eric Houndété, la Dynamique unitaire pour la démocratie et le développement (DUD) de Valentin Aditi Houdé, Grande solidarité républicaine (GSR) d’Antoine Guédou et Rassemblement Joël Aïvo (RJA).




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish