Search
lundi 15 avril 2024
  • :
  • :

Des professionnels de la santé et des journalistes à l’unisson pour une réduction de la nocivité du tabac

Des journalistes réunis à Bamako, le 20 mai 2017, pour un séminaire sur le même thème du tabagisme : « Un monde sans fumée et ses enjeux en Afrique » (Image d’archives)

Dans le cadre de la lutte contre la nocivité des produits du tabac, Integra Africa a organisé, jeudi 9 novembre 2023, un séminaire virtuel avec comme thème « La science et la réduction des méfaits ». Le sujet a polarisé l’attention des journalistes de plusieurs pays : Sénégal, Côte d’Ivoire, Mali, Togo, Bénin, Kenya, Afrique du Sud, le Mali…

Cette tribune interactive, animée par Kanta Ka du Sénégal (chercheur en cancérologie) et Samuel Mukandi de la République Démocratique du Congo (directeur du Tobacco Harm Reduction Congo), a été une opportunité pour les experts et les hommes de médias d’appeler à la réduction de la nocivité du tabac. Ils ont préconisé la prise de mesures significatives à l’échelle des États pour réduire les risques.

La réduction des méfaits du tabagisme devrait être une priorité pour les pays africains. Les chiffres relatifs aux conséquences de la nocivité de la cigarette combustible sur la santé des populations montrent la nécessité de prendre des mesures urgentes. Dr Kanta Ka indique que le tabagisme est l’une des principales causes de cancer, des maladies pulmonaires et des accidents vasculaires cérébrales (AVC). S’y ajoutent l’impact financier et social. Une situation qui, aux yeux du spécialiste en santé, est évitable dans la mesure où « sur 40% des cas de cancer dus au tabagisme, il est possible de les réduire de 20% ». De même, révèle-t-il, « 70% des fumeurs souhaitent rompre avec la cigarette ».

Grâce à la science et à la technologie, des alternatives s’offrent aux fumeurs. Ils ont le choix, depuis ces dernières années, à des dispositifs qui ne dégagent aucune fumée. Donc moins nuisibles à leur santé : les cigarettes électroniques. Le principal méfait du tabagisme est lié aux niveaux élevés de produits nocifs qui se libèrent pendant la combustion du tabac. En évitant de brûler ce tabac, la proportion de produits nocifs peut être considérablement réduite.

Mais attention ! Les produits du tabac sans fumée ne sont pas sans risque. Ils contiennent de la nicotine susceptible de créer de la dépendance chez le fumeur. En permettant cependant aux adeptes de la cigarette d’avoir accès aux informations sur la disponibilité de ces produits alternatifs, la prévalence du tabagisme à l’échelle mondiale peut être réduite plus rapidement. Mais il est primordial de réglementer ces nouveaux produits et leur circuit de distribution sur les marchés. Dr Samuel Mukandi a souligné les difficultés financières qui rendent inefficaces les campagnes de sensibilisation contre le tabagisme, malgré l’engagement et la détermination des acteurs contre le fléau.

OSSÈNE OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *