Search
vendredi 14 juin 2024
  • :
  • :

Assises sur les violences à l’égard des femmes en Afrique de l’Ouest et Centrale

Les 7 et 8 décembre, à Abidjan, s’est tenu le Forum sur le Renforcement du Mouvement des Femmes pour mettre fin à la Violence à l’égard des Femmes et des Filles en Afrique de l’Ouest et centrale, organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes). Ce Forum se tient dans le cadre des 16 Jours d’Activisme contre la Violence Basée sur le Genre. Une campagne historique menée par la société civile qui se déroule du 25 novembre, Journée Internationale pour l’Élimination de la Violence à l’égard des Femmes et des Filles, jusqu’au 10 décembre, Journée Internationale des Droits Humains.

Ces assises de haut niveau ont vu la présence des ministres de la justice du Gabon, de ministres de la femme de la République Centrafricaine, de Sao Tomé & Principe, des représentants de la CEEAC, de la CEDEAO et du Corps diplomatique, des organisations internationales du Système des Nations Unies basés en Côte d’Ivoire et des organisations de la société civile de la région. Les représentants de la Banque Mondiale, de l’UNOWAS, de l’UNOCA, ont aussi participé à cette rencontre et ont pu présenter leur résultat en matière de lutte contre les VBGs.

M. Diarasouba Moussa Directeur de Cabinet de la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant de la Côte d’Ivoire représentant Mme la ministre Nassénéba Touré a ouvert la rencontre en ces termes : « La Cote d’Ivoire est heureuse et honorée de vous accueillir à Abidjan pour cet important Forum qui se tient dans un contexte de recrudescence des violences à l’égard des femmes et filles exacerbées par la pandémie du covid, les crises politico -humanitaires et le changement climatique. Ce forum qui est un cadre d’échanges stratégique entre gouvernements, société civile et médias permettra de produire des recommandations pertinentes dans le cadre de la prévention, du financement des mécanismes nationaux de lutte contre les VBGs ».

Les organisations de femmes de la société civile du Benin, Burundi, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, République Démocratique du Congo, Sénégal, Tchad, Togo ont toutes eu l’opportunité d’informer sur la prévention, l’activisme et les stratégies gagnantes au niveau de leurs pays pour mettre fin aux Violences basées sur le Genre (VBGs).

Mme. Sandra Oulate Fattoh, la Directrice du Centre de Développement pour le Genre de la CEDEAO lors de son intervention a souligné : « Il existe trop peu d’information sur les mouvements des femmes et activistes autour des VBGs, d’où la pertinence de ce forum pour documenter, recueillir des données sur ces mouvements. Il y a une recrudescence mondiale des cas de VBGs surtout en Afrique, la COVID a aussi causé des effets dévastateurs comme la féminisation de la pauvreté. Nous devons tous travailler ensemble pour que les femmes et les hommes de notre région puissent vivre dans un environnement exempt de violences ».

Ce Forum a été ponctué de panels de discussions sur différentes problématiques liées à lutte contre les VBGs, mais également d’une exposition de deux jours sur le mouvement des femmes et des activistes de l’Afrique de l’Ouest et du Centre pour mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles.

Mme. Kapinga-Yvette Ngandu, Commissaire de la Promotion du Genre, Développement Humain et Social de la CEEAC a débuté son allocution par une minute de silence pour les femmes victimes de violences avant de déclarer : « De nombreux drames humanitaires secouent l’Afrique centrale et de l’Ouest. Nous constatons des violences dans la cadre des conflits armés, avec des cas déplorables d’d’esclavage sexuel, d’enlèvement, de mariage précoce des filles et de pratiques néfastes. Ce forum interpelle les états membres qui doivent ratifier tous les corpus qui protègent les femmes, et proposer des mesures encore plus concrètes. La violence contre les femmes est inacceptable dans
toutes les sphères et il nous faut travailler avec les gouvernements pour des solutions durables ».

Le Forum vise non seulement à cartographier et communiquer sur le travail essentiel fait par les mouvements des femmes et la société civile dans la région pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles, mais vise surtout à créer des espaces d’échange, partage et réseautage pour développer des synergies et reconnaître, célébrer et renforcer les mouvements de femmes. Mme Florence Raes, Directrice Régionale a.i d’ONU Femmes Afrique de l’Ouest et du Centre a déclaré : « Nous sommes réunis ici pour ce forum dans le cadre des 16 jours, que nous voulons être un espace où les activistes, la société civile, les gouvernements et les institutions puissent se parler, et réfléchir ensemble pour un activisme renforcé et plus puissant dans la région afin d’identifier les défis et opportunités qui restent et construire ensemble un agenda commun de plaidoyer ».

La rencontre a permis de faire un diagnostic sur l’état des lieux des VBGs dans le contexte sousrégional, sur les actions prises par les gouvernements et la société civile, les défis posés par le manque de financement ou le rétrécissement de l’espace de la société civile et des droits des femmes.

Au sortir de ces assises les participants ont adopté La Déclaration d’Abidjan du mouvement des femmes de l’Afrique de l’Ouest et du Centre contre les VBGs : une liste d’actions coordonnées entre la société civile, les acteurs étatiques institutionnels et non-institutionnels pour l’élimination de la violence faites aux femmes et aux filles dans la région de l’Afrique de l’Ouest et Centrale.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *