Search
samedi 19 octobre 2019
  • :
  • :

Les autorités ghanéennes affirment avoir « déjoué un coup d’État »

Deux des suspects arrêtés par les autorités ghanéennes dans leurs allégations de tentative de coup d’Etat

Une opération de sécurité conjointe a conduit à l’arrestation de 3 personnes et à la saisie de plusieurs armes, selon le communiqué du gouvernement ghanéen. Parmi les personnes arrêtées figure un fabricant d’armes local. L’opération a eu lieu après « 15 mois de surveillance et de collecte de preuves sur les activités des principaux suspects et autres ».

Entre juin et août de l’année dernière, l’un des suspects « a contacté un certain nombre de militaires en service et leur a parlé pour les convaincre d’élaborer et d’exécuter un complot visant à obtenir des armes, à prendre le contrôle d’installations clés et à obtenir des fonds en vue de prendre le pouvoir », indique le communiqué.

Le Ghana est considéré comme l’un des pays les plus stables d’Afrique de l’Ouest depuis sa transition vers la démocratie multipartite en 1992, reléguant au passé une succession de coups d’État. Nana Akufo-Addo a remporté la Présidentielle de décembre 2016 face au président John Mahama qui avait accepté sa défaite.

Dans le pays, des voix s’élèvent pour dénoncer ce qu’elles considèrent comme une « plaisanterie » des autorités.

Ci-dessous la déclaration du ministère de l’Information

Le vendredi 20 septembre 2019, une opération de sécurité menée conjointement par du personnel des services de renseignement de la défense, du CID et du Bureau des enquêtes nationales (BNI) a permis de procéder à l’arrestation de 3 personnes et de récupérer plusieurs armes, des engins explosifs et munitions à Accra et à Bawaleshie près de Dodowa. L’opération conjointe visait à neutraliser un complot élaboré destiné à la présidence et visant à déstabiliser le pays.

L’arrestation et la saisie interviennent après 15 mois de surveillance et de collecte de preuves sur les activités des principaux suspects et d’autres personnes. Les personnes arrêtées sont Frederick Yao Mac-Palm et ses 2 complices : Ezor Kafui (fabricant local d’armes) et Bright Allan Debrah Ofosu (alias BB ou ADC). Les objets suivants ont été récupérés dans le cadre de l’opération :

À l’Hôpital Citadel (Alajo, Accra) : 5 pistolets de fabrication locale avec des chargeurs intégrés ; 1 pistolet étranger (numéro d’enregistrement PX154006) avec 2 chargeurs X ; 3 pistolets fabriqués localement ; 3 grenades fumigènes ; 22 engins explosifs improvisés (IED) ; 9 cartouches AK 47 OTAN de 7,62 mm ; 2 chargeurs AK 47 ; long couteau.

Le plan d’opération présenté par certains soldats lors d’une de leurs réunions au Next-Door Resort a permis la découverte de 7 téléphones mobiles ; 2 Ipad ; 2 décodeurs ; 1 modem ; 3 tablettes ; 1 passeport ghanéen ; 2 clés USB ; 1 enregistreur vocal ; 1 connecteur USB, des machines et matériels de fabrication d’armes et d’IED.

À Bawaleshie, près de Dodowa, 63 cartouches de munitions OTAN de 9 mm ont été récupérées.

La surveillance des activités des personnes impliquées a débuté en juin 2018 lorsque le Dr Mac-Palm et Bright Allan Debrah Ofosu (BB ou ADC) ont commencé à organiser une série de réunions au Next-Door Beach Resort, à Teshie, et d’autres endroits à Accra, dans la poursuite de leurs objectifs.

Entre juin et août 2018, BB, agissant pour et au nom de Mac-Palm, a contacté un certain nombre de militaires en service et les a incités à incarner et à exécuter un complot pour obtenir des armes, prendre en charge des installations clés et obtenir un financement à cette fin et prendre les rênes du gouvernement. Ces réunions ont été étroitement surveillées.

En août 2018, Mac-Palm et 2 autres, Kennedy Amoah et Albert Sam (vivant aux États-Unis) ont formé un groupe appelé «passer à l’action au Ghana» (TAG), sous prétexte de mobiliser les jeunes pour l’édification de la nation, l’éducation, la santé et fournir des abris aux nécessiteux. Les preuves disponibles montrent que l’intention était de créer une base de soutien pour les jeunes et de les radicaliser contre l’autorité politique au Ghana.

Dans le cadre de cette opération, le Dr Mac-Palm a passé un contrat avec M. Ezor d’Alavanyo pour la fabrication d’armes locales et de dispositifs explosifs improvisés destinés à l’opération. En juillet 2019, M. Ezor a installé un atelier dans un conteneur, utilisé à l’origine comme laboratoire de rayons X, dans les locaux de l’hôpital Citadel, et a commencé à produire les armes et engins piégés.

Le 10 septembre 2019, le Dr Mac-Palm et M. Ezor ont acheté à l’hôpital universitaire Korle Bu des substances chimiques essentielles à mélanger avec de la poudre à canon, des gravillons de pierre, des aiguilles chirurgicales et du poivre en poudre pour leurs opérations. Il a également engagé un ouvrier de Base Workshop à Burma Camp pour lui fournir 10 fusils AK 47. Il lui a payé une avance de 7.000 GH¢.

Le jeudi 19 septembre 2019, aux environs de 23 heures, toujours sous surveillance, le Dr Mac-Palm, M. Ezor et un soldat se sont rendus dans une zone proche de la plage de Laboma pour tester le tir de certaines des armes fabriquées localement. Le lendemain, 20 septembre 2019, entre 9 h 15 et 17 h 55, une équipe de sécurité a procédé à l’opération qui a conduit à l’arrestation de M. Mac-Palm et de ses complices, puis à la récupération des objets énumérés ci-dessus.

Les engins piégés et toutes les pièces à conviction sont actuellement sous la garde de la BNI, tandis que des enquêtes sont en cours. Pendant ce temps, les suspects sont soumis à un interrogatoire.

Les agences de sécurité de l’État assurent au grand public qu’elles restent vigilantes et s’emploieront à préserver la sécurité nationale et la sécurité publique. Le public est encouragé à rester calme et conseillé de fournir des informations sur toutes personnes suspectes ou activités suspectes à la police afin que les mesures nécessaires soient prises. Le Gouvernement ghanéen poursuivra également ses efforts pour fournir la logistique et la motivation nécessaires aux agences de sécurité pour la collecte de renseignements, le renforcement des capacités et autres opérations, afin de protéger le pays du terrorisme, des activités subversives et d’autres crimes violents.

FOFYE AKIMBONI




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish