Search
dimanche 25 février 2024
  • :
  • :

Le groupe Olam pousse son ancrage encore loin dans l’anacarde en Côte d’Ivoire

Mardi 16 mai, Olam Food Ingredients (OFI), la branche agro-alimentaire d’Olam, a inauguré son centre de traitement et conditionnement d’amandes de cajou. Ce nouvel investissement témoigne de l’ambition du groupe singapourien de marquer encore plus sa présence en Côte d’Ivoire par le renforcement de ses activités de transformation de noix de cajou dans le pays.

Logé au sein de son usine d’Anyama – ex-Unicafé –, le centre, d’une capacité de 50 tonnes par jour, sert à faire subir une seconde transformation (reprocessing) aux amandes blanches achetées par OFI auprès des transformateurs locaux avant leur conditionnement. Cet engament du groupe a été fort apprécié par le directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde, le régulateur de la filière. Adama Coulibaly a rappelé la place d’Olam en tant que premier acheteur et transformateur de noix de cajou en Côte d’Ivoire. Cette position de leader dans le secteur lui vient de sa longue présence dans le pays. Encore plus, de la diversification de ses sites de transformation et ses produits.

L’usine de transformation d’OFI à Anyama dispose d’une crèche pour le personnel féminin

Présente en Côte d’Ivoire depuis 1995, la multinationale intervient dans le cacao et le café. Pour ses activités de traitement de l’anacarde, elle possède 4 usines, dont celles de Bouaké ouverte en 2010, Anyama en 2020 et Dimbokro. Ces 3 sites réunis ont une capacité de transformation annuelle de plus de 50.000 tonnes de noix brutes. L’essentiel des effectifs, plus de 3.000, est composé de femmes. Pour celles qui travaillent sur le site d’Anyama, l’entreprise a construit une garderie pour accueillir leurs enfants âgés de 6 mois à 2 ans pendant les heures d’occupation. Aux côtés d’Ashok Krishen (PDG Nuts à OFI), le patron de la filière anacarde, Adama Coulibaly et ses collaborateurs, ont eu droit à une visite guidée dans cette crèche qui a un effectif de 100 enfants après une année d’existence.                         

OSSÈNE OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *