Search
jeudi 21 novembre 2019
  • :
  • :

Le Nigéria ferme sa frontière avec le Bénin en avançant des raisons sécuritaires

Le poste de Sèmè-Kraké lors de son inauguration en 2018 à la frontière du Nigéria et du Bénin

Le Nigéria a fermé ses frontières terrestres avec le Bénin depuis mardi 20 août. Si officiellement les autorités d’Abuja renseignent qu’il s’agit d’un exercice mobilisant les principales institutions garantes de la sécurité du Nigéria afin de mieux renforcer la sécurité transfrontalière, Jeune Afrique d’autres raisons. La première est liée aux  allégations faites à propos des Nigérians par rapport aux événements du 1er et 2 mai derniers à Cadjêhoun. Mais surtout la situation à Tchaourou, Savè et autres des jours après. Selon le magazine, le Bénin avait avancé que des hommes sont venus du Nigéria pour appuyer les Béninois.

Surtaxe des camions de Dangote

La seconde raison est la surtaxe des camions du puissant homme d’affaires nigérian Dangote qui passent par le Bénin. Depuis, le richissime Nigérian ne manque pas d’occasion pour tenir des propos durs, qui sommaient comme des avertissements contre le Bénin. La dernière raison évoquée par Jeune Afrique est le cas de l’opérateur de téléphonie, Glo Mobile. Cet opérateur s’est vu retirer sa licence d’exploitation au Bénin par le régime Talon.

Pour rappel, le Nigéria parle d’exercice mobilisant les principales institutions garantes de la sécurité du pays afin de mieux renforcer la sécurité transfrontalière. Selon le porte-parole du NCS – le service des douanes du pays – Joseph Attah,  «  l’exercice n’a pas pour but d’empêcher les personnes d’entrer et de sortir librement des frontières tant qu’elles ont des raisons légitimes d’y être ».

Officiellement, le Nigéria veut lutter contre la contrebande et tout échange commercial illégal avec ses voisins concernés par la mesure. Il entend empêcher les importations qui dérangent son économie et sa sécurité. Ci-dessous le communiqué de presse des douanes nigérianes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Dans le cadre des mesures visant à sécuriser les frontières terrestres et maritimes du Nigéria, le service des douanes nigérian (NCS) et le service nigérian de l’immigration (NIS), en collaboration avec les forces armées du Nigéria (APN) ainsi que la police du Nigéria (NPF) et d’autres agences de sécurité et de renseignement organiseront un exercice conjoint sur la sécurité de la frontière, baptisé « Ex-Swift response ».

L’exercice conjoint est coordonné par le Bureau du Conseiller pour la sécurité nationale (ONSA) et se déroulera dans 4 zones géopolitiques, à savoir : Sud-Sud, Sud-Ouest, Nord-Centre et Nord-Ouest. On s’attend à ce que l’exercice favorise la coopération inter-institutions et renforce la préparation aux problèmes de sécurité transfrontalière tels que le terrorisme, le banditisme armé, la contrebande, la prolifération des armes légères et de petit calibre, entre autres.

L’exercice impliquera également la circulation du personnel, des véhicules et du matériel dans les régions touchées du pays. Par conséquent, nous appelons les membres du public à ne pas paniquer et à continuer à s’acquitter de leurs tâches habituelles. L’objectif général est d’assurer un pays pacifique et sécurisé dans l’intérêt de notre sécurité nationale.

FOFYE AKIMBONI




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish