Search
jeudi 22 octobre 2020
  • :
  • :

Le Cap-Vert, porte d’entrée du Brésil en Afrique de l’Ouest ?

Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Ernesto Araujo (à gauche), et son homologue capverdien Luis Filipe Tavares, à Praia le 9 décembre

Le Brésil souhaite que le Cap-Vert serve de passerelle pour les Brésiliens vers l’Afrique, en particulier vers l’Afrique de l’Ouest, afin de profiter des nombreuses possibilités dans les domaines de l’investissement, du commerce et du tourisme, a appris l’agence Xinhua, lundi 9 décembre, de sources officielles. Cette intention a été exprimée à Praia par le ministre brésilien des Affaires étrangères, Ernesto Henrique Fraga Araújo, à l’issue d’une réunion de travail avec son homologue capverdien, Luís Filipe Tavares, dans le cadre de sa visite officielle au Cap-Vert. « Nous apprécions grandement ce rôle que le Cap-Vert joue en tant que plaque tournante stratégique pour le tourisme et les transports au milieu de l’Atlantique », a déclaré le ministre brésilien.

Ernesto Araújo a également fait savoir que le Brésil est à un moment d’ouverture économique et de possibilités sans précédent, avec de nouveaux accords, de nouvelles initiatives avec le continent africain au centre de son attention. « Dans cette stratégie, nous regardons beaucoup l’Afrique, le rôle de notre voisin outre-Atlantique et du Cap-Vert est vital dans cette stratégie d’un nouveau partenariat avec toute l’Afrique », a-t-il poursuivi. Le ministre a évoqué l’augmentation récente de la fréquence des connexions régionales entre le Cap-Vert et le Brésil, une situation qui, selon lui, génère de nouvelles opportunités non seulement pour le tourisme, mais aussi pour d’autres secteurs économiques.

Du côté capverdien, Luís Filipe Tavares a mis l’accent sur une convergence de vues concernant diverses questions de coopération, ajoutant que son pays s’emploiera à renforcer les relations commerciales bilatérales et à accroître les relations commerciales entre le Brésil et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), dont le Cap-Vert est l’un des 15 membres. « Le Cap-Vert veut emmener la bague du Brésil au mariage avec l’Afrique. Le Cap-Vert s’efforcera de renforcer la présence du Brésil au sein de la CEDEAO », a ajouté le ministre capverdien.

La sécurité était un autre sujet abordé entre les 2 ministres. L’intention du gouvernement brésilien est de travailler à ce niveau, d’une manière renouvelée, sur la base des instruments de coopération existants dans les domaines de la défense et de la sécurité. Le renforcement de la participation conjointe à la Communauté de pays de langue portugaise (CPLP), la promotion de la langue portugaise, ainsi que la consolidation de la coopération dans différents domaines tels que la santé ont été au menu des discussions lors de cette réunion qui a aussi permis de parler de la question de la mobilité.




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish