Search
samedi 19 octobre 2019
  • :
  • :

L’ex-président gambien Yahya Jammeh accusé de viol par des femmes

Selon BBC qui cite les ONG Human Rights Watch et Trial International, des femmes disent avoir été violées et agressées sexuellement par l’ancien président Yahya Jammeh entre 2013 et 2015. Fatou Jallow, 23 ans, a accepté de témoigner. À l’âge de 18 ans, elle est vainqueur d’un concours de beauté organisé par le gouvernement. C’est à cette occasion qu’elle a rencontré Yayha Jammeh pour la première fois.

Les mois qui ont suivi, le président agissait envers elle comme un père, lui donnant des conseils, de l’argent et des cadeaux jusqu’au jour où, dit-elle, il l’a demandée en mariage. Elle a refusé. La jeune fille affirme qu’elle avait ensuite été invitée à une cérémonie religieuse à la présidence. En arrivant, elle avait été conduite à la résidence privée de Yayha Jammeh. « Ses yeux étaient remplis de vengeance, il était tout rouge et il m’a demandé pour qui je me prenais. Je lui ai demandé ce qui se passait. Il m’a attrapé la main et m’a tirée vers une autre pièce; c’est là que j’ai compris ce qui se passait », a raconté Fatou Jallow. Qui poursuit : « Il a mis ses organes génitaux sur mon visage, il m’a poussée à terre sur mes genoux, il a relevé ma robe et là il m’a sodomisé ». La jeune femme précise qu’elle criait de toutes ses forces et que son bourreau lui avait injecté quelque chose dans son bras. « Je pense qu’à travers tout ce temps, ma plus grande honte vient du fait qu’à partir d’un moment j’ai arrêté de me débattre », se souvent-elle.

Quelques jours après, de peur que cet incident se reproduise, Fatou s’est enfuie au Sénégal où elle a recherché l’aide des organisations de défense de droits de l’Homme qui lui ont accordé le statut de personne sous protection et l’ont aidée à s’envoler au Canada où elle vit depuis.

Dans une déclaration écrite adressée à BBC, Ousman Rambo Jatta (vice-président de l’APRC, parti de l’ex-président gambien) a déclaré : « En tant que parti et en tant que peuple gambien, nous sommes fatigués du flot constant d’allégations non fondées qui ont été rapportées contre notre ex-président. Yahya Jammeh est un leader respectable, pieux, craignant Dieu, qui n’a que du respect pour nos femmes gambiennes ».

Pour Fatou Jallow, le vice-président de l’APRC et la plupart des personnes qui suivaient le chef d’État déchu ne savaient rien de ce dernier faisait dans sa vie privée. Elle a affirmé qu’elle aimerait que Yahya Jammeh sache qu’elle existe. « J’espère qu’il aura le courage d’y répondre, d’y faire face, ou même d’être à nouveau dans une pièce avec moi mais cette fois dans une cour de justice », a-t-elle souhaité. L’ex-miss a aussi affirmé qu’elle espérait créer une atmosphère dans laquelle les femmes se sentiraient plus libres de parler de viols et d’agressions sexuelles.

L’État gambien a créé une Commission pour documenter les violations des droits de l’Homme commises durant les 22 ans au pouvoir de Jammeh. Cette Commission a déclaré qu’elle était au courant des allégations de violences sexuelles impliquant l’ex-président et que les enquêtes étaient en cours. Le gouvernement a appelé toutes les femmes et les filles du pays à signaler toute violence sexuelle commise par l’ancien président Yahya Jammeh.

OSSÈNE OUATTARA




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish