Search
samedi 5 décembre 2020
  • :
  • :

Une Libérienne nommée directrice adjointe du FMI

Nommée numéro 2 du Fonds monétaire international (FMI), l’ancienne ministre des Finances du Libéria, Antoinette Sayeh, a pris fonction, lundi 16 mars. À 61 ans, elle est la première femme africaine à occuper le poste de directrice générale adjointe et la deuxième personne issue d’un pays africain, après l’actuel président ivoirien, Alassane Ouattara, nommé en 1994.

Une « combinaison rare » de compétences

Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, qui a proposé Sayeh pour compléter son équipe de quatre adjoints, salue une femme « très connue et très respectée » qui « fait preuve d’une combinaison rare de leadership institutionnel, de capacités analytiques approfondies et d’un engagement indéfectible envers l’équité ».

Pour Antoinette Sayeh, c’est un retour au FMI où elle a exercé entre 2008 et 2016 en tant que directrice du département Afrique, sous Dominique Strauss-Kahn et Christine Lagarde. Un poste où elle aura laissé des traces indélébiles en menant une importante transformation des relations du Fonds avec les pays africains.

Ex-cadre senior à la Banque mondiale où elle a passé 17 ans en qualité de directrice des opérations pour le Bénin, le Niger et le Togo, puis économiste-pays pour le Pakistan et l’Afghanistan, Antoinette Sayeh a démarré sa carrière au sein de l’administration libérienne, aux finances et à la planification. En janvier 2006, après le conflit, Ellen Johnson Sirleaf – alors présidente de la République – l’appelle pour en faire sa ministre des Finances pendant deux ans. L’histoire retiendra qu’à ce poste, elle a piloté le plan d’apurement des arriérés de dette multilatérale de longue date du Libéria.

Chercheur invité au Center for Global Development (CGD), l’économiste libérienne a également joué un rôle influent dans la dernière reconstitution de l’Association internationale de développement de la Banque mondiale en tant que co-présidente externe. Elle est titulaire d’une licence en économie et d’un doctorat en relations économiques internationales.




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish