Search
samedi 19 octobre 2019
  • :
  • :

L’Opposition guinéenne dénonce des « manœuvres » de la Commission électorale indépendante

Réunis ce mercredi 12 juin 2019, des partis d’Oppositions ont dénoncé la procédure d’appels d’offres relative au recrutement d’un cabinet d’imagerie pour la gestion du fichier électoral biométrique de la Guinée. D’une même voix, ces partis politiques rappellent que la décision d’auditer le fichier électoral guinéen émane de l’accord politique du 12 Octobre 2016. Cet accord a exigé, selon Mohamed Tall, directeur de cabinet de l’Union des Forces Républicaines (UFR), un audit complet du fichier avant l’organisation des élections législatives. « En dépit de plusieurs  alertes sous forme de mise en gardes faites au président de la CENI, celui-ci a obstinément poursuivi sa démarche au mépris des règles élémentaires de transparence. En effet, à la date du 20 mai 2019, l’UFR a adressé un courrier au président de la CENI pour exprimer son étonnement par rapport à la procédure parallèle et souterraine qu’il a initiée. Dans la lettre réponse, la CENI s’est voulue rassurante en niant l’existence d’une telle procédure », a déclaré l’ancien ministre de l’Élevage. 

Dénonçant cette attitude unilatérale du président de la Commission électorale nationale indépendante, ces leaders politiques ont indiqué que dans le cadre de cet appel d’offres, le président de la CENI a engagé des pourparlers avec un certain nombre de sociétés susceptibles de fournir l’expertise demandée, en violation flagrante du code des marchés Publics. « Il  en est de même de la violation des engagements pris par la CENI concernant la concertation avec les parties prenantes au processus électoral. Nous avons noté que la procédure de recrutement a été lancée sans information au préalable des partis de l’Opposition politique. L’UFDG, quant à elle, a saisi l’Autorité de régulation des marchés publics  pour dénoncer  non seulement le caractère opaque et illégal de la procédure, mais aussi et surtout pour demander à l’ARMP de suspendre la procédure. Bien entendu, tous ces efforts ont été vains », ont-ils regretté. 

Selon le député Cellou Baldé, la procédure initiée de manière « informelle » a abouti, lundi 10 juin, à l’ouverture des plis des 5 sociétés qui ont finalement soumissionné sur les 7 initialement listées par le président de la CENI.




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish