Search
jeudi 22 octobre 2020
  • :
  • :

La Gambie assigne en justice la Birmanie pour génocide

La Gambie a intenté une action en justice devant la plus haute cour de l’ONU, accusant officiellement la Birmanie (pays d’Asie du Sud-Est) de génocide contre les musulmans rohingyas. Elle a été déposée auprès de la Cour internationale de Justice (CIJ), qui statue normalement sur les différends entre États. L’année dernière, l’ONU a publié un rapport accablant sur la violence au Myanmar (Birmanie), déclarant que les chefs militaires devraient être jugés pour génocide.

La Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, un texte datant de 1948, justifie la procédure gambienne. Cette disposition onusienne est en place pour régler les conflits entre États, et non poursuivre les individus comme le fait la Cour pénale internationale. Banjul accuse la Birmanie d’avoir violé cette Convention, en perpétrant un génocide organisé.

La plainte a été déposée le 11 novembre 2018 par le ministre de la Justice, devant la Cour internationale de justice. « Tout ce que la Gambie demande, c’est que vous disiez [à la Birmanie] de mettre fin à ces tueries insensées, d’arrêter ces actes de barbarie et de cesser ce génocide contre son propre peuple », a martelé le ministre Abubacarr Tambadou, devant les juges de la Cour internationale de justice à La Haye, aux Pays-Bas.

Des milliers de Rohingyas ont été tués et plus de 700.000 autres ont fui vers le Bangladesh voisin lors d’une opération de répression de l’armée dans le pays à majorité bouddhiste en 2017. En août 2018, la Mission internationale indépendante d’établissement des faits de l’ONU sur le Myanmar a déclaré que les tactiques de l’armée étaient « manifestement disproportionnées par rapport aux menaces réelles à la sécurité » et que « la nécessité militaire ne justifierait jamais de tuer sans discernement, de violer des femmes en bande, d’attaquer des enfants et de brûler des villages entiers ». Le Myanmar a rejeté le rapport. Il n’a cessé de répéter que ses opérations visaient des menaces militantes ou insurrectionnelles.

L’année dernière, les procureurs de la Cour pénale internationale (CPI) – qui enquêtent normalement sur les allégations de crimes de guerre par opposition à la CIJ – ont ouvert une enquête préliminaire sur les crimes présumés en Birmanie contre sa minorité musulmane Rohingya. Mais le fait que le pays n’ait pas adhéré à la CPI complique la procédure judiciaire et aucune accusation n’a encore été déposée.

Pourquoi la Gambie porte-t-elle plainte ?

La Gambie, pays majoritairement musulman, bénéficie du soutien de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), qui compte 57 pays membres, et d’une équipe d’avocats internationaux. Ce pays et le Myanmar sont signataires de la Convention sur le génocide de 1948, qui les engage à prévenir et à punir le crime de génocide.

Abubacarr Tambadou, procureur général et ministre de la justice de Gambie, a auparavant travaillé au Tribunal pénal international pour le Rwanda où il a enquêté sur le génocide de 1994. Le mois dernier, il a déclaré à la BBC qu’il était motivé à agir après avoir entendu parler de meurtres brutaux, de viols et de tortures par des survivants lors d’une visite dans un camp de réfugiés Rohingya au Bangladesh.

Les Rohingyas sont une minorité ethnique musulmane du Myanmar qui a sa propre langue et sa propre culture. Ils vivent pour la plupart dans l’État de Rakhine, qui est limitrophe du Bangladesh.

Bien qu’ils vivent au Myanmar depuis des générations, ils ne sont pas reconnus comme citoyens et ne sont pas pris en compte dans le recensement. Ils sont souvent présentés, y compris par des représentants du gouvernement, comme des immigrants illégaux et des intrus du Bangladesh.

Le 25 août 2017, des militants rohingyas ont attaqué des dizaines de postes de police, tuant plusieurs officiers. Les opérations de déminage menées par les forces de sécurité en réponse à cette situation ont vu des villages entiers incendiés et des civils attaqués, violés et tués, selon les enquêteurs de l’ONU.

Source : BBC




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish