Search
jeudi 23 janvier 2020
  • :
  • :

Guinée : Le président Alpha Condé sous pression de la rue

Ce lundi 6 janvier, des milliers de personnes ont manifesté dans les rues de plusieurs villes. Une expression de colère placée sous le signe de « l’ultimatum », selon Abdourahmane Sanoh, responsable national du FNDC (Front national pour la défense de la Constitution), qui regroupe des partis d’Opposition, des syndicats et des membres de la société civile. « Non à une nouvelle Constitution », « Non à un 3e mandat pour Alpha Condé », pouvait-on lire sur des banderoles déployées dans un cortège de manifestants vêtus de rouge, en signe de colère.

Au moins 12 personnes auraient été blessées dans la ville de Kankan, dans l’Est du pays, où les manifestants ont affronté des partisans du président Alpha Condé. L’Opposition compte multiplier les protestations à travers le pays dès le 13 janvier. Ce mardi, les principaux partis ont confirmé leur intention de boycotter les Législatives prévues le 16 février. Ces élections, maintes fois reportées, visent à renouveler l’Assemblée nationale, dominée par le Rassemblement pour le peuple de Guinée (RPG) du président Alpha Condé. Et surtout pour les opposants, le scrutin servirait de tremplin pour le chef de l’État dans sa stratégie de briguer un troisième mandat.

L’Opposition avait déjà annoncé, le 23 décembre, qu’elle boycotterait les élections législatives, plusieurs fois reportées, et même qu’elle « empêcherait » leur tenue. À Kindia où il était en visite, Alpha Condé a pointé du doigt les responsables politiques de l’Opposition : « ils ne peuvent même pas faire 500 mètres à pieds. Ils sont obligés de monter dans les véhicules. Donc ne suivez pas ceux qui veulent ramener la Guinée en arrière ! La Guinée avance ».




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish