Search
samedi 6 juin 2020
  • :
  • :

Côte d’Ivoire : Voici comment Médecins Sans Frontières aide le pays à répondre à la pandémie de Covid-19

Aka Aoulé, le ministre ivoirien de la Santé et de l’hygiène publique

Alors qu’à la date du 26 mars, la Côte d’Ivoire a enregistré 80 cas de Covid-19 (selon l’OMS) et n’avait pas encore atteint le stade de transmission locale, les autorités ivoiriennes ont rapidement pris des mesures pour restreindre les déplacements, comme la plupart des voisins des pays. Avec la fermeture des frontières et la réduction des vols dans le monde, les aéroports sont devenus ces derniers jours des points de surveillance accrue pour contenir l’afflux de nouveaux cas. 

À Abidjan, la capitale économique du pays, Médecins Sans Frontières (MSF) a soutenu le ministère de la Santé dans un centre de transit en dépistant et en référant les personnes présentant des symptômes de coronavirus au centre de soins.

Pendant quatre jours, un médecin MSF et deux infirmières ont examiné plus de 800 passagers d’Europe, d’Asie et des États-Unis pour identifier ceux qui pourraient présenter des symptômes de la maladie. L’équipe a également mis en place un système d’hygiène et informé les passagers de la nécessité de l’auto-confinement et des mesures à adopter à domicile afin de limiter les risques de transmission à d’autres personnes.

Formation du personnel et activités eau et assainissement à Bouaké

Des équipes MSF sont également présentes à Bouaké, la deuxième plus grande ville du pays, pour évaluer la capacité de prise en charge des cas de coronavirus. Des cas suspects ont déjà été testés. Des activités de formation des agents de santé et de dépistage aux différents points d’entrée de la ville sont déjà en cours.

Des activités d’eau et d’assainissement sont également mises en œuvre : des points de lavage des mains ont été mis en place dans six centres de santé ainsi qu’au Centre hospitalier universitaire (CHU) afin de mettre en place les barrières nécessaires pour contenir l’épidémie dans les structures sanitaires. Dans les prochains jours, une capacité d’hospitalisation de 10 lits sera développée pour la prise en charge de patients potentiels.

« Bouaké est situé sur la route du nord qui relie la frontière de Burkina Faso et Mali. Avec l’évolution actuelle de la situation au Burkina Faso, il est essentiel d’assurer une présence sur place pour pouvoir réagir rapidement si un cas est confirmé et couper rapidement la chaîne de transmission », explique Abdoul-Aziz Mohamed, directeur exécutif de MSF Afrique de l’Ouest et Centrale. « Pour ce faire, il faut se préparer à la prise en charge des cas, assurer la protection des personnels de santé, mais aussi et surtout, investir dans la sensibilisation des populations ».

Les priorités de MSF dans la réponse Covid-19

En Côte d’Ivoire comme ailleurs, la disponibilité des tests est un obstacle majeur à une réponse rapide. Il est donc essentiel de sensibiliser la population aux règles d’hygiène de base à respecter et aux mesures nécessaires à mettre en place pour créer des barrières à la transmission.

Dans tous les pays de la région, les gouvernements prennent une série de mesures pour arrêter la propagation de la pandémie. Notamment la fermeture des frontières aériennes et terrestres, l’interdiction des rassemblements, la fermeture des écoles et la mise en quarantaine des villes touchées. « Nous sommes préoccupés par les mesures qui sont prises dans les pays d’Afrique de l’Ouest et les conséquences potentiellement négatives qu’elles auront sur les gens », a déclaré Mohamed. « Bien que nous comprenions que ces mesures sont aujourd’hui essentielles pour aider à stopper la propagation du nouveau coronavirus, à long terme, elles risquent d’exacerber les difficultés d’accès aux services de santé pour les personnes déjà vulnérables ». Puis d’ajouter : « Ces mesures réduiront également la capacité des structures de santé à répondre aux maladies tueuses déjà nombreuses dans la région, notamment en raison du manque de fournitures pharmaceutiques, puisque plus de la moitié des fournitures du continent sont importées ».

Au cours des derniers jours, la priorité de MSF a été de poursuivre les activités dans les pays où l’ONG travaille et afin de coordonner avec les autorités sanitaires locales pour leur offrir un soutien dans la prévention des maladies et le traitement des personnes atteintes par le Covid-19.

Ailleurs en Afrique de l’Ouest, MSF est en discussion avec les autorités sanitaires et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour soutenir la riposte. Notamment au Sénégal et au Burkina Faso. Comme dans certains pays de la sous-région, la pandémie risque d’exacerber la santé et la situation humanitaire dans des contextes déjà ébranlés par les conflits armés et les déplacements de populations.

FOFYE AKIMBONI

Source : msf.org




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish