Search
jeudi 9 juillet 2020
  • :
  • :

Le président Alpha Condé obsédé par le projet d’une nouvelle Constitution

Malgré la contestation d’une partie de la rue, le président guinéen a annoncé, jeudi 19 décembre, un projet de nouvelle Constitution. Les consultations lancées en septembre ont débouché sur un « avant-projet » qui a été publié. Il « fera l’objet d’une large vulgarisation avant son adoption par le peuple souverain », a indiqué le chef de l’État, laissant entendre qu’il comptait le soumettre à un référendum. Mais la date n’a pas été précisée. Alpha Condé, 81 ans, avait déjà dénoncé la Constitution datant de 2010 comme un « concentré d’intérêts corporatistes ».

Le président guinéen a présenté son initiative comme résultant d’un « débat » en cours sur les « lacunes et incohérences » du texte. Il a évoqué la contestation récente comme le fait de « certains acteurs sociopolitiques (qui) n’ont pas hésité à menacer la quiétude sociale de notre pays ».

L’article 40 stipule que « le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 6 ans, renouvelable une fois ». La question est de savoir si cette disposition s’appliquerait à Alpha Condé, élu en 2010 et réélu en 2015, ou bien si les compteurs seraient remis à zéro avec l’adoption d’une nouvelle Constitution. Le mandat présidentiel est actuellement de 5 ans, renouvelable une fois.

Alpha Condé s’est une nouvelle fois gardé de dévoiler ses intentions lors de son allocution. Mais ses adversaires semblent penser que le président compte se servir de cette nouvelle Constitution pour briguer sa propre succession fin 2020 à l’expiration de son mandat actuel. Depuis le 14 octobre, un collectif de partis et de représentants de la société civile appelle à faire barrage au projet d’une nouvelle Constitution. Le pays est depuis lors le théâtre de manifestations de masse.

FOFYE AKIMBONI




Laisser un commentaire

Arabic Arabic English English French French Portuguese Portuguese Spanish Spanish